Les gens sont si beaux, mais si peu le savent ! 

Père Ceyrac, cité par Matthieu Ricard.

trois visages heureux les yeux fermés, en train de méditer

Méditation

autocompassion

et

méditation

du cœur

Quand on entend le mot « méditer » bien des images viennent à l’esprit. Images de moine bouddhiste ou chrétien, de jeune femme en position du lotus face à un magnifique soleil couchant, de Bible sur laquelle est penché un visage attentif et serein…

Bien des sentiments aussi: de la sérénité, de la plénitude, de l’envie… ou de l’agacement !

Pour moi, la méditation est une éducation du regard. Elle conduit à voir l’essentiel dans la réalité quotidienne : ma beauté et la beauté du monde, ma fragilité et celle du monde, et le Souffle qui traverse tout vivant.

Elle est donc un outil au service de déploiement de ma beauté d’humain. Et en m’aidant à m’accueillir moi-même, elle colore ma manière d’être en relation aux autres, et aussi au monde, à la planète.

C’est pourquoi elle a un effet bienfaisant si je suis stressé.e, seul.e, perdu.e, en conflit avec d’autres, en recherche d’authenticité, en quête d’harmonie intérieure, sur le point de prendre une décision importante, dur.e avec moi-même, assoiffé.e de sens et de cohérence, en souffrance, toujours en train de courir… Elle aide aussi à faire résonner les bons moments de la vie, pour les goûter pleinement.

Il y a mille manières d’éduquer son regard, de l’adoucir, de l’affûter… Je vous propose deux types de méditation: la méditation d’autocompassion ou de bienveillance (qui s’appuie sur la méditation pleine conscience) et la méditation du cœur (qui s’appuie sur l’hésychasme).

L’autocompassion aide à se traiter avec bienveillance, elle est précieuse pour qui est dur avec soi, ne se sent jamais à la hauteur, culpabilise souvent, manque d’estime de soi. Elle aide à devenir ami avec soi

La méditation du cœur nous fait descendre de la tête au cœur pour y côtoyer le Souffle, la Source, la Lumière intérieure. Elle aide à trouver l’harmonie entre tête, cœur et corps, à prendre du recul et de la hauteur par rapport à son quotidien.

Méditer est à la portée de tous, qu’on soit introverti ou extraverti, altruiste ou individualiste, perfectionniste, intellectuel, créatif, posé ou pas ! C’est avant tout une pratique: lire de beaux livres sur la méditation ne suffit pas – c’est comme lire le menu d’un bon restaurant sans goûter les plats! Comme en sport, on s’entraîne à méditer avant que cela devienne comme naturel, dans le quotidien. 

 » Une fois bien formé, chacun sera comme son maître »
Jésus de Nazareth.

Ces « entraînements » peuvent avoir lieu chez vous (grâce aux vidéos), en entreprise, en EHPAD ou dans des lieux spécifiques avec David.